lundi 8 juin 2015

La fille de l'air pétille pour Courrèges


On dit souvent de la Parisienne qu'elle est élégante sans avoir l'air d'y avoir passé des heures, qu'elle a cette légèreté qui lui fait traverser Paris en beauté quelle que soit la couleur du ciel.
Et s'il y a bien, pour moi, un couturier qui incarne cette Parisienne, c'est Courrèges.
L'épure intemporelle des lignes,
la souplesse comme l'originalité des matières,
les couleurs acidulées et lumineuses,
le blanc aussi symbolique que la petite robe noire.

Entre ombre et lumière,
c'est sur les toits de Paris que la Maison Courrèges, en plein renouveau depuis 2010, a dévoilé sa nouvelle fragrance, la fille de l'air.


En 1965, Courrèges célèbre une femme conquérante et libre en renouvelant les codes de la mode.
50 ans plus tard, la Maison Courrèges enveloppe les femmes avec une fragrance aussi aérienne et pétillante qu'un spritz à une terrasse de Capri, aussi douce et rassurante que le parfum puissant des fleurs d'oranger sur la rive méditerranéenne.

Au coeur d'un flacon orange vitaminé, Fabrice Pellegrin -  nez créatif et libre de Firmenich, qui a entre autres créé L'eau Duelle de Dyptique - a assemblé des notes de bergamote blanche, de néroli, de néoprène, de fleur d'oranger et de musc blanc pour créer une empreinte olfactive unique, de celles dont on tombe amoureux au premier sillage.

en notes de tête 
l'essence de bergamote blanche de Calabre et l'essence de néroli bigarade, fraîches et pétillantes, apportent l'éclat et l'énergie comme le blanc emblématique de Courrèges

en notes de coeur 
un absolu de fleur d'oranger associé à l'insolite néoprène souffle une note rayonnante et pure 

en notes de fond 
musc blanc et cèdre marquent de leur présence douce et profonde le sillage de la fille de l'air qui devient inoubliable


La fille de l'air par Courrèges
disponible à partir du 15 juin
69€ les 50ml
directement sur la boutique en ligne courreges.com 
et en parfumeries notamment dans le réseau Marionnaud :)
marionnaud.fr

et puis avec le soleil revenu, les rues parisiennes sentent l'été, les vacances...
la fille de l'air s'apprête à rejoindre les plages en mode VIP.


2 commentaires

  1. Je ne sais pas trop ce que peuvent sentir "des notes de néoprène" ...mais de toute façon aujourd'hui les parfums sont pour la plupart issus d'une résultante chimique ...En tout cas merci pour cette découverte ! tu en as de la chance de monter sur les toîts ainsi :-)
    Bises

    RépondreSupprimer
  2. Françoise Hardy et ses robes , j'aurai aimé lui ressembler , hélas , je ne partage que le prénom ........

    RépondreSupprimer

On Instagram

© nalou's in the air. Made with love by The Dutch Lady Designs.